•    |  


relaxation et perte de poids

ON SE RELAXE POUR MIEUX BRÛLER !

1024 1024 Delphine Remy

Si vous êtes comme la plupart des gens qui essaient de perdre du poids, vous vous donnez un mal fou pour y arriver. Alors que l’effort et le travail acharné sont généralement considérés comme admirables et efficaces, quand il s’agit de perdre du poids, c’est pas toujours la cas !
Et pourquoi donc ? Eh bien parce que la poursuite de régimes, dans la plupart des cas, entraîne souvent un stress pour le corps qui, a son tour, va jouer des tours au métabolisme. Allez, découvrons ensemble pourquoi on brûle mieux quand on se relaxe !

Sea, Sun and Food !
Avez-vous déjà vécu l’expérience où vous êtes parti en vacances, avez mangé beaucoup plus que d’habitude et pourtant perdu du poids ? Eh bien vous n’êtes pas le(a) seul(e) ! Ce n’est pas moi qui le dis, les sondages le prouvent. Dingue ! D’autres diront qu’ils ont mangé significativement plus tout en conservant le même poids. D’après notre nouvelle compréhension du stress et du métabolisme, la raison de cette perte de poids inattendue est pourtant si simple.

En effet, en vacances, nous faisons quelque chose de finalement très inhabituel pour la plupart d’entre nous. Nous prenons le temps de nous re-la-xer ! Nous passons alors de la dominance du système nerveux sympathique à un état de dominance du système nerveux parasympathique. Y a pas moyen d’expliquer de manière plus simple ? Si ! La dominance sympathique est quand nous sommes stressés, c’était l’état de la fuite face au lion dans le temps. La dominance sympathique entraîne un shutdown de la digestion, le stockage de graisses, la sécrétion de cortisol,… bref tout ce qu’il fallait pour fuir ce fameux lion. Hélas, notre cerveau reptilien n’a pas changé depuis l’homme des cavernes, le principe est exactement le même ! Quand nous sommes soumis au stress, aussi léger soit-il, le système sympathique reste sur « ON » et le corps stocke tant qu’il peut.

On revient à nos vacances, le but ici n’est bien entendu pas de manger tout ce que l’on souhaite si on est zen ou de partir plus souvent en vacances dans les Îles Vierges mais tout simplement de comprendre que la relaxation est un métaboliseur puissant.

Un premier duo infernal, le stress et le cortisol
Le lien scientifiquement prouvé entre le stress, et donc la production de cortisol, et le stockage de graisses est juste incroyable. Et vous savez où elles se situent ces graisses de cortisol ? En bouée autour du bidon. Le message du cortisol au corps est plutôt franc « Stocke du gras et arrête de produire du muscle ! » Imaginez ce message en boucle dans des situations de stress, même légers…

A titre d’exemple, des rats et des singes soumis expérimentalement à un stress présenteront des niveaux de cortisol plus élevés entraînant un gain de poids significatif alors qu’ils ingurgitent la même quantité de nourriture. Eh bien voilà, ce qui arrive aux rats s’applique également à nous !

Pourquoi tant de gens se plaignent que même en suivant un régime « plus sain » tout en se dépensant plus, ils ne parviennent pas à perdre du poids. Vous savez quoi ? Le stress est souvent la raison principale ! Si vous vous sentez concerné(e), je vous invite vivement à vous poser les bonnes questions.

Mangez-vous à toute vitesse entre deux réunions ? Est-ce que vous avez une vie de dingue ? Est-ce que votre travail exige que vous vous retrouviez en situation de lutte ou de fuite ? Est-ce que votre régime alimentaire vous stresse ? Est-ce que vous vous mettez une pression de fou ? Est-ce que vous détestez votre image et vous vous envoyez des critiques personnelles négatives toute la journée ? Dans ce cas, aucun régime ne vous permettra d’arriver où vous voulez aller. Un petit rappel important : le corps ne fait pas de distinction entre le stress d’un accident de voiture ou le stress en boucle dans votre vie, dans les deux cas, le pompe à cortisol est en route et le résultat est le même !

Pour atteindre vos objectifs, votre nouvelle tâche consistera tout simplement à vous re-la-xer ! Super facile pour moi de dire cela tout simplement, je le reconnais. La première étape est de juste prendre conscience de l’impact de ce stress et de ce cortisol sur votre métabolisme, c’est déjà un pas dans la bonne direction.

Un deuxième duo infernal, le cortisol et l’insuline
En plus de produire du cortisol, le stress favorise également la production d’insuline. Et qui dit trop d’insuline, dit prise de poids. En effet, le pancréas produit de l’insuline dès qu’il repère une augmentation rapide de la glycémie. Et pour limiter cette montée en flèche de glycémie, l’insuline va faire redescendre le taux de sucre et indiquer au corps de stocker les excès de glucides sous forme de graisse tout en ordonnant de ne pas libérer les graisses déjà stockées. Un couteau à double tranchant…

Et si on faisait le point ?

Etes-vous réellement convaincu que votre dignité ne dépend que de la taille parfaite que vous souhaitez atteindre ?

Avant d’attaquer une rééducation alimentaire, faites le point avec vous-même. Un peu de cortisol est excellent pour avancer dans la vie et entreprendre plein de choses, mais le stress permanent, que ce soit d’une vie effrénée, de relations compliquées ou de petites attaques personnelles, est contre-productif, empêche de perdre du poids et entraîne un terrible sentiment d’échec.  

N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide.

print

Leave a Reply

Your email address will not be published.

TROP SYMPA DE LIRE MON BLOG !

On reste connectés ? Vous recevrez plein de recettes exclusives et mille astuces pour rester au top de votre forme !