•    |  


L’image corporelle et l’alimentation

L’IMAGE CORPORELLE ET L’ALIMENTATION

1024 1024 Delphine Remy

Et terminons par le troisième volet de la série sur l’image corporelle. Ce blog traite des liens étroits qui existent entre une image corporelle négative et une alimentation déséquilibrée, voire même des troubles du comportement alimentaire. Pour ceux et celles qui auraient loupé les deux premiers volets, voici les liens si vous voulez en savoir davantage. L’image corporelle, c’est quoi? et Comment le toucher impacte-t-il l’image corporelle? J’ai voulu consacrer plusieurs articles à ce sujet si important qui affecte tant de personnes, et plus particulièrement les femmes. Dans le premier article, nous avons défini ce qu’étaient des images corporelles positive et négative, quels étaient les challenges y étant liés et qui en était affecté.

Dans le deuxième article, je me suis penchée sur le lien étroit entre l’image corporelle et le toucher, le contact physique. Sujet un peu surprenant mais qui sera vraisemblablement parlant pour les personnes qui se sentent concernées.

En fait, nous n’avons parlé que des souffrances émotionnelles dues à une image corporelle négative, mais vous seriez étonnés d’apprendre que cette dernière est également nocive pour la santé, au sens physique du terme. Alors que cette perception si négative du corps endommage solidement notre confiance en nous-même, notre estime personnelle, et nous empêche même de vivre notre plein potentiel, elle peut également générer de sérieux impacts physiques. Je m’explique.

Les personnes qui souffrent d’une image corporelle négative tentent souvent par tous les moyens de réduire leur apport calorique et cela peut entraîner toute sorte de carences pouvant engendrer toutes sortes de troubles physiques et psychiques. Je ne pèse pas mes mots mais certains régimes sont franchement dangereux. Je n’en citerai pas, mais sachez-le quand même.

La première cata est de réduire les acides gras essentiels
Les aliments contenant des graisses (peu importe lesquelles) sont souvent perçus comme des aliments hyper caloriques par ceux et celles qui ont une image corporelle négative. Du coup, ils optent pour des produits faibles en graisses, voire même avec zéro pourcent de matières grasses. Plus besoin de vous répéter le même refrain, on connaît la rengaine. Ces graisses ont évidemment été remplacées par le sucre et par des ingrédients super chimiques qui « mimiquent » la matière grasse et rendent l’aliment « avalable ». Ce sucre et tous ces ingrédients chimiques sont nocifs et peuvent entraîner toutes sortes de soucis de santé.

Les acides gras essentiels contribuent à la production d’hormones, à la régulation du taux de sucre sanguin et bien plus encore. Pour vous rafraîchir la mémoire, je vous invite à lire ou relire “ Les bons gras ne vous feront pas grossir, je vous le promets : Partie 1 » et « Les bons acides gras ne vous feront pas grossir, je vous le promets : Partie 2 ». Les déficiences en acides gras essentiels ont un impact dangereux sur la santé physique et mentale.

La deuxième cata est de se priver des protéines
Puisque les protéines animales comme la viande et les produits laitiers contiennent des matières grasses animales, certaines personnes souffrant d’une image corporelle négative et soucieuses de leur poids s’en privent avec l’idée erronée que cette privation va arranger tous leurs problèmes. Il n’en est rien…

Effectivement, il y a moyen de manger des protéines moins grasses telles que les protéines végétales, mais si elles ne sont pas combinées avec des céréales, elles n’offrent pas tous les acides aminés essentiels dont le corps a besoin. Et en plus, comme ces protéines végétales ont une haute teneur en hydrates de carbone, ces mêmes personnes les évitent aussi car elles mettent la responsabilité de leur excès de poids (enfin soi-disant excès de poids pour beaucoup) sur les hydrates de carbone ou féculents. C’est fou comme ils ont mauvaise presse !

Il ne faut pas oublier que les protéines sont super importantes pour les muscles, les os, le cartilage, les cheveux et les ongles. Elles contribuent également à maintenir un taux de sucre sanguin stable, ce qui permet d’éviter les fringales de folie quand c’est le « sugar crush ». Eliminer les protéines dans le but de perdre du poids est franchement une très mauvaise idée et peut entraîner des conséquences plus néfastes que vous ne le pensez.

La troisième cata est la consommation d’édulcorants artificiels
Toujours dans ce même but de perdre du poids, ces mêmes personnes optent pour des édulcorants artificiels en pensant que « pas de soucis, c’est zéro calorie, je vais atteindre mes objectifs ». Les études montrent de plus en plus les liens étroits entre la consommation de ceux-ci et l’occurrence de migraines, nausées, douleurs articulaires, dépression et tous les effets secondaires indiqués sur la boite ! Diarrhées, ballonnements, etc.
Il ne faut pas oublier qu’on ne les trouve pas dans la nature, donc le corps ne les reconnaît tout simplement pas, ne sait pas quoi en faire, et cela entraîne les soucis que nous avons mentionnés plus haut et plus encore.

Le pire dans tout ça, c’est que ces édulcorants sont vendus comme étant des alternatives saines au vilain sucre parce qu’ils sont faibles en calories. Quoi ?! Je peux vous assurer que les chimistes et inventeurs de ces substances se fichent éperdument de votre santé !

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, cela ne veut pas dire qu’il faut alors manger du vrai sucre blanc. C’est aussi un aliment chauffé et trafiqué avec zéro nutriment. Il existe tellement d’options saines comme le miel, les fruits, le sirop d’érable… Je vous renvoie à mon blog « Edulcorants artificiels versus sucres naturels » si vous voulez en savoir davantage sur les sucres naturels.

La quatrième cata est la réduction drastique du nombre de calories
J’ai envie de dire que ce point est plus important que les autres car il entraîne plus de conséquences à la fois. Réduire les calories de manière drastique entraîne inévitablement des déficiences nutritionnelles et tous les comportements mentionnés plus hauts – l’élimination des acides gras essentiels, la réduction des protéines et la consommation d’édulcorants artificiels. Les personnes qui veulent réduire leurs calories dans le but de maigrir se mettent à sauter des repas ou n’avalent tout simplement rien à chaque repas.

Dans le même esprit, si on se dit que tout aliment contient des calories et qu’il faut manger le moins de calories possibles, alors tout aliment devient un ennemi, voire même l’ennemi numéro 1. Si vous vous reconnaissez, vous êtes loin d’être le seul ou la seule. Cette manière de penser entraîne toutes sortes de troubles du comportement alimentaire et un manque de nourriture émotionnelle. Oui, vraiment, je parle de nourriture émotionnelle. Quel combat avec soi-même ! C’est comme si le corps était affamé à tous les niveaux, physique et mental, et souvent il y a un effet boomerang qui s’en suit, le corps qui a faim s’adonne à la suralimentation pour compenser.

La conclusion est un peu rapide mais mon but était de vous faire prendre conscience de cette réalité et de m’adresser à ceux et celles qui souffrent d’une image corporelle négative. Je sais combien c’est difficile mais le travail doit passer par une acceptation du corps et surtout par l’acceptation que l’enveloppe corporelle ne définit pas la personne. Dans cet état d’esprit, la préoccupation extrême du poids et de l’apparence physique devrait disparaître et laisser place à une manière de penser plus saine et équilibrée. Ceci permettrait de se concentrer sur ce qui est sain tout en profitant des aliments plutôt que de souffrir d’une vie basée sur la quête permanente d’un poids idyllique. Un poids qui « soit-disant » permettrait automatiquement de résoudre tous les problèmes comme d’un simple claquement de doigt.

print

Leave a Reply

Your email address will not be published.

TROP SYMPA DE LIRE MON BLOG !

On reste connectés ? Vous recevrez plein de recettes exclusives et mille astuces pour rester au top de votre forme !